En route vers le 95ème anniversaire de SPLJ

En attendant de pouvoir fêter notre 95ème anniversaire nous vous invitons à jouer avec nous et à chanter. Ces animations avaient été présentées au cours de la soirée du 23 mars 2015, alors que notre groupe célébrait son 90ème anniversaire, elles vous donneront l’occasion de revoir vos connaissances sur le scoutisme et surtout l’occasion de reconnaitre sur les photos quelques-uns de nos « anciens » et de nos superbes aventures.

Le 25 novembre 1929 l’affiliation d’une Compagnie de Guides à Saint-Pierre-le-jeune est enregistrée. 5 ans après la création de troupe scoute. C’est la deuxième création d’une Compagnie de jeunes filles à Strasbourg, après la Cathédrale, ce sera donc le 2ème Strasbourg.

Le 4 mai 1930, lors du premier Rallye provincial des guides d’Alsace au Mont Sainte-Odile, une équipe de la 2ème Compagnie de Strasbourg remportent le concours de "bonne tenue" : l’équipe des Goélands.

Article paru dans le journal « La Guide de France » de 1930 :

Dessin des guides de France

 

Quelques jours plus tard, le 11 mai 1930, ce sont les jeannettes de la 2ème Strasbourg qui font parler d’elles :
Lors de la fête de Jeanne d’Arc, devant 700 personnes rassemblées dans la salle du Podium (il s'agit de la grande salle au rez-de-chaussée de ce qu'on appelle aujourd'hui la Maison du Renard Prêchant ou le TJP, rue des balayeurs), elles ont interprété quelques chansons. Le public est conquis.

Article paru dans le journal « La Guide de France » de 1930 :

NB : les VP en question sont les Visages Pâles, c’est à dire les personnes qui ne sont pas scoutes (dans le sens où elles ne font pas partie de la "grande fraternité scoute".)

 

Pour mieux vous imaginer la scène voici un petit texte décrivant la tenue des jeannettes alors :

 

Voici quelques pages de la bande dessinée « Bécassine fait du scoutisme » éditée en 1931 :

 

 

« Strasbourg : Création de la Troupe scoute de Saint-Pierre-le-Jeune

 Une vive agitation régnait le 19 octobre sur la place de l’église Saint-Pierre-le-Jeune.
On a pu assister à un spectacle pittoresque lorsque les Scouts de France de toute la ville se sont rassemblés pour la Messe de communion.
Ils étaient plus de 80 à recevoir leur Dieu et Seigneur pour, fortifiés par Sa Grâce, s’efforcer d’agir de leur mieux, conformément à leur belle devise « être prêt » ainsi que l’Aumônier Kuentz le prônait dans son discours.
Après la messe de l’après-midi qui réunissait les 5 troupes : Du Guesclin Monseigneur, Saint-Maurice : Charles Foucault et Louis Pasteur, Saint-Florent de Cronenbourg, Saint-Pierre-le-Jeune, eurent lieu les promesses.
Suivies par une nombreuse assemblée de spectateurs les différents groupes se sont alignés dans la cour de l’école Schoepflin. Les plus jeunes, les louveteaux, étaient les premiers. Les promesses de la nouvelle troupe saint-Pierre-le-Jeune ont été reçues, en l’absence de Monsieur Christ, commissaire provincial, par Monsieur Faure, commissaire du district. Au nom des aumôniers de la province, Monsieur l’abbé Hincky, chargea Monsieur l’abbé Müller, aumônier de la troupe de Saint-Maurice, du message de bienvenue à la nouvelle troupe.
Avec des mots éloquents ce dernier développa les pensées présentées lors du discours du matin : « être prêt à servir ». Monsieur Villmin, le curé de Saint-Pierre-le-Jeune tint à exprimer sa joie au nom de la paroisse, devant la création de la nouvelle troupe et clôtura la fête avec le vœu qu’il soit accordé à la famille scoute de Strasbourg d’être bénie et prospère. »

 Traduction de l’article paru dans la revue « Les Jeunes d’Alsace », le bulletin des cercles catholiques de Strasbourg,  le 16 novembre 1924

Article paru dans le n°11 de la revue « Le Scout de France ».

 

Parmi les jeunes scouts présents qui font leur promesse ce jour-là se trouve Paul René Girma, scout à la 2ème Strasbourg (Saint-Maurice) .
Il a alors 12 ans, il est né à Sauveterre-la-Lémance dans le Lot et Garonne et habite à Strasbourg avec son frère Jean de 4 ans son aîné et ses parents ; son père est instituteur. Paul René décèdera à Maisons-Laffitte en 1985.


Cette année notre groupe fête son 95ème anniversaire, nous avons le plaisir de vous inviter à le fêter avec nous. 

 

Programme :

 

18h30 : Messe scoute organisée et animée par les jeunes

du groupe en l’église Saint-Pierre-le-Jeune

 

20h/23h : Temps convivial autour d’un apéritif dinatoire

suivi d’une « veillée cabaret ».

Le partage du gâteau d’anniversaire clôturera la soirée.

 

 

Inscription nécessaire
Vous pouvez vous inscrire et régler en ligne, cliquez ici.   

Notre manifestation est susceptible d’être reportée en fonction d’une évolution de la situation résultant du Coronavirus.
Notez qu’il nous serait néanmoins agréable de recueillir votre inscription afin de pouvoir évaluer le nombre de participants pour une nouvelle date dans cette éventualité et nous organiser au mieux.

Aujourd’hui 22 février, les scouts et guides du monde fêtent la naissance de Robert Baden-Powell et de son épouse Olave, les fondateurs du mouvement scout et guide. C’est le World Thinking Day (ou journée mondiale de la pensée).
A cette occasion, nous sommes encouragés à marquer l’évènement pour affirmer notre « scoutitude »
Pourquoi pas en portant notre foulard ?

Et d’ailleurs, connaissez-vous l’histoire du foulard de SPLJ ?

Le foulard est la marque distinctive du scout (même dans les associations ayant adopté un uniforme très réduit, le foulard reste un élément indispensable).
Cette pièce de tissu enroulée autour du cou a été proposée par Baden-Powell dès le début du mouvement, parce qu’elle évoquait le foulard des cow-boys alors au centre, avec les indiens, de l’imaginaire des garçons.

 

Dans les débuts, les Scouts de France portent leur foulard très relâché, il n'est même pas enroulé sur lui-même, il est encore lâche autour du cou dans les années 30-40.
C’est vers 1950-60 que le foulard est roulé serré.


Chez les Guides de France, c'est une cravate qui est portée avec la tenue (chemisier blanc avec col amidonné, jupe bleue).

Le foulard n’est porté qu’au camp :


Jusqu’à dans les années 1970, les garçons de la 5ème Strasbourg ont un foulard mauve bordé de jaune.
Les couleurs, chez les filles de la 2ème Strasbourg, sont : fond bleu, bordure blanche avec un liseré rouge.


Foulard et cravate disparaissent dans les années 70,

seul le foulard sera repris dès les années 1980.
A Saint-Pierre-le-Jeune, les couleurs sont alors pour les filles : fond blanc bordé de bleu

et pour les garçons : fond bleu ciel bordé de bleu.

En mai 2004, les associations des Guides de France et des Scouts de France fusionnent pour donner les Scouts et Guides de France. La 2e Strasbourg et la 5e Strasbourg ne font plus qu'un groupe. Cela aurait pu être la 2+5 = 7e ou la 25e ou la 52e ... C'est tout simplement le groupe St Pierre-le-Jeune : SPLJ.

 

Depuis février 2008, suite à une décision du Conseil de Groupe souhaitant marquer la volonté de ne faire qu'un seul et même groupe même si les unités restent "homogènes", un nouveau foulard est créé : le fond est bleu, la bordure intérieure est blanche, la bordure extérieure bleu ciel.




Quelques années seulement après la création du groupe Scouts de France, une compagnie de Guides de France a été créée sur la paroisse Saint-Pierre-le-Jeune. C'est le deuxième groupe féminin à Strasbourg (après la Cathédrale). Il se nomme donc : la deuxième Strasbourg.
 
Durant la seconde Guerre mondiale, sous l'occupation allemande, tous les mouvements de scoutisme sont interdits, en Alsace pourtant annexée de nombreux scouts et guides s’engagent dans la Résistance.  
Dès le retour de la paix les activités reprennent.
 
Voici quelques photos des camps guides :
En 1945 à Eckartswiller, en 1946, quelque part en Alsace, en 1947 en Angleterre.
 
La tenue des guides a certes changé depuis, les tentes actuelles sont sans doute plus résistantes mais les services ; bois, vaisselle, cuisine, … restent toujours d’actualité !!
 
1945 à Eckartswiller :

 
1946, quelque part en Alsace :

 
1947 en Angleterre :